piment espelette
Publié le 21 Avril 2015 à 09h33 - 738 aff.

Découvrez les richesses du Pays Basque cet été

L'été est la saison la plus animée de l'année. Au Pays Basque, c'est la saison des fêtes. Ce qui a fait la réputation du pays n'est autre que les piments d'Espelette. Des épices pas plus fortes que le poivre, mais qui possèdent une odeur très parfumée. En effet, plus ils sèchent au soleil, plus ils sont dotés d'un parfum exceptionnel. Ils peuvent même remplacer le poivre en cuisine. Il est tout à fait possible de le trouver partout en France. Cependant, afin de connaître toute l'histoire, pourquoi ne pas découvrir leurs racines en faisant un tour dans les Basques ?

L'histoire du piment d'Espelette

Cette douceur Pays Basque est un produit traditionnel cultivé au pays depuis des décennies. Après la cueillette, il est suspendu sous les avant-toits des fermes. Les murs d'Espelette étaient alors décorés d'un rouge vif. Avant, le piment n'était utilisé que pour relever certains goûts dans le chocolat de Bayonne. En matière de goût, le piment d'Espelette se situe plutôt entre le piment doux et celui de Cayenne. Ce n'est qu'au 18e siècle que les jambons du pays en étaient recouverts avant de les mettre au séchage. Mais pas seulement ! Les boudins, les saucisses, les pâtés et d'autres charcuteries en faisaient également partie par la suite. Dans les années 80, le piment s'est transformé en lamelle, au vinaigre, en saumure, en coulis, aux aromates, en sauce. Il était même possible de créer sa propre sauce condimentaire.

La fête du piment d'Espelette

La fête du piment d'Espelette est née dans le village du même nom entre les années 60 et 70. Des associations ont été créées à partir des idées de trois personnes dont Auguste Darraïdou, Lucien Halty et Pierre Harignodorquy. C'est pour cela qu'Ezpela, le syndicat d'initiative, et l'association sportive des jeunes d'Espelette et l'association Napurrak de force basque devenaient les animateurs principaux de la fête en apportant avec eux une nouvelle souffle culturelle. La fête a été baptisée « la fête du piment » en 1967 par le syndicat en question. Elle comportait une messe avec la clique, un apéritif concert, un repas chacun chez soi, de la pelote et un bal. Elle a été décalée à la fin du mois d'octobre à cause de la mort d'Auguste Darraïdou. C'est pourquoi, depuis, on ne célèbre plus cette fête qu'au troisième dimanche de ce mois en accueillant plus de 20 000 personnes chaque année. Si vous voulez en faire partie et déguster toutes les merveilles culinaires du pays, alors vous savez maintenant à quelle date y aller.